Forum dédié aux combats de la Poche de Trun - Chambois
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ze-Pole



Nombre de messages : 2432
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé   Sam 3 Oct - 19:09

Trouvé sur ce site de la BBC :

http://www.bbc.co.uk/ww2peopleswar/stories/46/a2879346.shtml

Le texte (en anglais) :
A Polish Battlefield.
My name is Mietek Herman; I am a sergeant commanding a Sherman tank in the 2nd Armoured Regiment, 1st Polish Armoured Division and today, August 17th, 1944 is my 31st birthday. We have just received battle orders - before dawn tomorrow we will move to close the gap at Chambois, the only escape route for the encircled German Divisions, to cut their supply lines and stop the withdrawal of troops and armour. But first we must capture a German position near Coudehard.
Mietek’s story continues:
“As we moved towards our objective, we had a clear run for the first few kilometres and then our scouts reported German tanks and anti-tank guns. We took up positions and opened fire but with little effect at 5 kilometres range. Under heavy fire, we had to get in closer and took many casualties. After a short, but fierce battle, we captured our objective just as darkness fell and the night sky was illuminated by the fires of the battle. We rounded up the prisoners and had just started to heat canned rations in billy-cans over primus stoves when the order was received to check fuel and ammunition — supplies had failed to arrive and we were low on both. Despite this, we were ordered to move out immediately, without food or rest from the day’s battles. Our plan was to get as close as possible to Chambois under cover of darkness. Carrying the 8th Light Infantry on our tanks and vehicles, our orders were “complete radio silence, no lights; tank column must not be broken and no firing except on order from the CO himself”’. Behind enemy lines, in total darkness and with no sleep, this was a nerve-racking journey. The Germans also had a similar plan — to escape under cover of darkness and as we moved down a narrow lane towards a crossroads, our scouts reported a German column approaching from the right. To turn 60 tanks and 20 other vehicles in such a narrow lane would have been courting disaster, we just had to press on. Then, a stroke of the greatest good fortune, the German traffic controller at the crossroads halted the German column and waved us forward. We will never know if he mistook us for a fellow German Division or had recognised us and wanted to avoid a disastrous close range encounter. That was not the only luck we had that night! Later we were fired on and took some casualties, but we held our fire and the enemy firing ceased. Again, the Germans must have concluded we were part of a retreating German Division.
As dawn broke on August 18th,we suddenly found ourselves looking upon an unexpected cluster of vehicles of the 2nd SS Panzer Division. All hell broke out; our tanks went into position and the infantrymen spread out and we opened fire with tanks and machine guns. German cars and trucks were on fire, people were running everywhere and the Germans seemed to be in a panic. They started to drop their guns and equipment and surrender. We took about 80 prisoners. Suddenly there was a roar of aircraft and we thought we were being attacked by Messerschmitts, perhaps 20 in all. Then we recognised they were Thunderbolts and we quickly lit flares to alert the pilots, but too late to avert the first attack. As the lead plane came in for the second attack, the pilot saw the signal and with a waggle of his wings quickly climbed, followed by the others. They circled for a while, probably making sure we really were Allied forces, wondering how we could be so far behind enemy lines. The narrow lanes and the dust from the dry roads had protected us and we took only a few casualties from the planes.

By now we were very tired, dirty and hungry, but morale was high and we pressed on to reach our objective at Chambois. My tank was in third position in the column as we slowly crawled forward through the narrow lanes. There was a heavy mist and as the sun rose we were dazzled by the reflections and had great difficulty scanning the horizons for enemy positions. Suddenly, I spotted an anti-tank gun, but before I could react there was a huge flash and my tank was rocked like a toy. I felt agonising pain in my leg and hand and there was blood everywhere — I feared I had lost a limb. I yelled through my microphone for the crew to get out and then half rolled, half fell out myself. The shell had pierced the armour plating of my Sherman, killing my radio operator instantly. Fortunately the tank had not caught fire and the other crewmen were alive. I had taken shrapnel wounds and the others carried me into a ditch. My tank was hit several times more before it finally burst into flames. This far behind enemy lines, there was no evacuation route for the wounded and I was pushed into a recovery tank from where I heard the rest of the battle with guns and explosions all around and every bump and jolt caused agonising pains to shoot through my body. Although I would take no further part in the fighting, the thought that I had two tanks and one anti-tank gun to my credit from the earlier battles was a consolation. I had no proper medical attention, but I was grateful to be alive.
We pushed on and eventually reached Chambois and took up positions near Hill 262, which General Maczek had christened ‘The Mace’. The next two days and three nights saw some desperate and bitter fighting as the Germans sought to prevent ‘The Gap’ from being closed*. On the 21st of August, the Canadians broke through from the other side and the gap was finally closed. On the 22nd of August 1944, I started my journey back to England and a new life. One year later, on August 22nd 1945, my son Michael was born.”
Footnotes:
The above events were recorded by Mietek in 1960 and his story was submitted to The Sunday Pictorial for a War Stories prize competition.
Mietek never returned to Poland due to the Russian occupation of his home town of Lwow. He married, in October 1944, Ethel Gill of Carlisle, England. He lived the rest of his life in Carlisle and died on March 1st, 1993 aged 79 years.
*A full description of these battles can be found in John Keegan’s book ‘Six Armies In Normandy’. The chapter on the Polish Army concludes with the following, a fitting postscript to Mietek’s story:
“The Canadians’ diarist recorded that the scene they encountered when they relieved the Polish divisions was the most savage the regiment had ever encountered. The Poles had received no supplies for three days; they had several hundred wounded whom they had been unable to evacuate and they held some eight hundred prisoners. The road was jammed with burnt out vehicles, theirs and the enemy’s. There were corpses everywhere, unburied and dismembered. Amid these horrors, the Polish Commander received the Canadians shaking with emotion. His soldiers told long stories to the Canadians, who did not understand a word but roared with laughter all the same. During the next days, the bodies of 325 Polish soldiers killed in the battle of the Falaise Gap would be found makeshift graves near the positions where they had fallen. On the summit of The Mace, sappers of the Royal Canadian Engineers, in tribute to their comrades-in-arms, erected a makeshift signboard. It bore, in English, the simple inscription: ‘A Polish Battlefield’.”
Revenir en haut Aller en bas
http://maczek.blog4ever.com/blog/index-100395.html
piat



Nombre de messages : 411
Age : 45
Localisation : Angers 49
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: Re: Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé   Sam 3 Oct - 21:52

Tu sais , l'Anglais est pour moi comme le Polonais Twisted Evil pour certains .
Revenir en haut Aller en bas
Tristan
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 2810
Date d'inscription : 16/06/2006

MessageSujet: Re: Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé   Dim 4 Oct - 9:25

Intéressant, merci ZePole. Wink
Encore une fois les Polonais, le 18 dans le témoignage, se font tirer dessus par l'aviation allié - des Thunderbolts pris au départ pour des Messerschmitts.

Tristan
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/oximois
Ze-Pole



Nombre de messages : 2432
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé   Dim 4 Oct - 13:12

Pour piat, et tous ceux pour qui l'anglais peut poser problème...
Je suis allé sur google et il y a "outil linguistique" qui permet la traduction en direct... les phrases sont traduites de façon étrange parfois ("citerne" ou "cuve" : il faut comprendre "char"), mais l'idée générale est bien là :

(J'ai mis en rouge le passage dont Titidexmes parlait)

Un champ de bataille polonais.
Mon nom est Mietek Herman, je suis un sergent commandant un char Sherman dans le 2ème régiment blindé, 1re Division blindée polonaise et aujourd'hui, le 17 août 1944 est mon 31 ième anniversaire. Nous venons de recevoir les ordres de bataille - avant l'aube, demain, nous passerons à combler l'écart à Chambois, le seul échappatoire possible pour les encerclé divisions allemandes, de couper leurs lignes de ravitaillement et d'arrêter le retrait des troupes et des blindés. Mais nous devons d'abord s'emparer d'une position allemande près de Coudehard.
Mietek histoire se poursuit:
«Comme nous avons déménagé vers notre objectif, nous avons eu une claire pour les premiers kilomètres et puis nos éclaireurs rapportent chars allemands et des canons anti-char. Nous avons pris les positions et ont ouvert le feu, mais avec peu d'effet à une distance de kilomètres 5. Sous un feu nourri, nous avons dû prendre de plus près et a pris de nombreuses victimes. Après une courte bataille, mais féroce, nous avons pris notre objectif tout comme la nuit tombait et le ciel nocturne était illuminé par les feux de la bataille. Nous avons rassemblé les prisonniers et venait de commencer à chauffer les rations en conserve dans des boîtes de fournitures Billy-sur poêles Primus lorsque la commande a été reçue pour vérifier de carburant et de munitions - n'avait pas réussi à arriver et nous avons été faibles sur les deux. Malgré cela, on nous ordonna de sortir immédiatement, sans nourriture ou de repos des combats de la journée. Notre plan était de se rapprocher le plus possible de Chambois sous le couvert de l'obscurité. Portant le 8e d'Infanterie Lumière sur nos chars et des véhicules, nos commandes étaient «le silence radio complet, pas de feux; colonne de chars ne doit pas être rompu et aucun tir, sauf sur ordre du CO lui-même" ». Derrière les lignes ennemies, dans l'obscurité totale et sans dormir, ce fut une énervant voyage. Les Allemands ont aussi eu un plan similaire - pour échapper sous le couvert de l'obscurité et, comme nous avons déménagé dans une ruelle étroite vers la croisée des chemins, nos éclaireurs fait état d'une colonne allemande venant de la droite. Pour activer de 60 chars et 20 autres véhicules dans cette ruelle étroite aurait été courons à la catastrophe, nous n'avons eu à faire pression sur. Puis, un coup de plus grand bonheur, le contrôleur du trafic allemand à la croisée stoppé la colonne allemande et l'agita-nous vers l'avant. Nous ne saurons jamais s'il nous prenait pour une division allemande compatriotes ou nous avait reconnus et qui voulaient éviter une rencontre désastreuse de près. Ce n'était pas la seule chance que nous avions ce soir-là! Plus tard, nous a tiré et a pris quelques victimes, mais nous avons tenu notre feu et les tirs ennemis ont cessé. Encore une fois, les Allemands doivent avoir conclu, nous faisions partie d'une division allemande en retraite.
À l'aube, le 18 août, nous nous sommes trouvés soudainement regardant un cluster inattendue des véhicules de la 2e SS Panzer Division. Tout l'enfer éclate; nos cuves est entré en poste et les fantassins se dispersent et nous avons ouvert le feu avec des chars et des mitrailleuses. Voitures allemandes et des camions étaient en feu, les gens couraient partout et les Allemands semblent être en panique. Ils ont commencé à déposer leurs armes et équipements et de remise. Nous avons pris environ 80 prisonniers. Soudain, un vrombissement des avions et nous avons pensé que nous étions attaqués par Messerschmitt, peut-être 20 en tout. Puis, nous avons reconnu qu'ils étaient Thunderbolts et nous avons rapidement allumé des fusées éclairantes pour alerter les pilotes, mais trop tard pour éviter la première attaque. Comme l'avion de tête entré pour la deuxième attaque, le pilote a vu le signal et remuer avec une de ses ailes gravit rapidement, suivi par les autres. Ils ont encerclé pendant un certain temps, faisant sans doute vous que nous étions vraiment des forces alliées, en se demandant comment nous pourrions être si loin derrière les lignes ennemies. Les ruelles étroites et la poussière des routes sèches nous avait protégés et nous a pris seulement un peu de victimes de l'avion.

A l'heure actuelle, nous étions très fatigués, sales et affamés, mais le moral était élevé et nous avons insisté sur d'atteindre notre objectif à Chambois. Mon char était en troisième position dans la colonne comme nous avons lentement en rampant à travers les ruelles étroites. Il y avait un épais brouillard et que le soleil se leva nous avons été éblouis par les réflexions et éprouvait de grandes difficultés à balayage les horizons pour les positions ennemies. Tout à coup, j'ai repéré un canon anti-char, mais avant que j'aie pu réagir il y avait un énorme flash et mon réservoir a été secoué comme un jouet. J'ai senti une douleur atroce dans ma jambe et de la main et il y avait du sang partout - je craignais d'avoir perdu un membre. J'ai crié à travers mon microphone pour l'équipage de sortir et puis la moitié laminés, dont la moitié est tombé moi-même. La coque avait percé le blindage de ma Sherman, tuant mon opérateur radio instantanément. Heureusement, la citerne n'avait pas pris feu et les autres membres d'équipage étaient vivants. J'avais pris éclats d'obus et les autres m'ont porté dans un fossé. Mon char a été touché plusieurs fois plus avant d'enfin éclater en flammes. Cette loin derrière les lignes ennemies, il n'y avait pas de route d'évacuation des blessés et j'ai été poussé dans un bac de récupération de l'endroit où j'ai entendu le reste de la bataille avec des fusils et des explosions de partout et chaque bosse et chaque secousse causé des douleurs atroces de tirer à travers mon corps . Bien que je ne plus prendre part aux combats, la pensée que j'ai eu deux chars et un canon anti-char à mon crédit à partir des batailles antérieure a été une consolation. Je n'avais pas de soins médicaux appropriés, mais j'étais heureux d'être vivant.
Nous avons persévéré et sont finalement parvenus Chambois et ont pris position près de 262 Hill, dont le général Maczek avait baptisé «La Masse». Les deux prochains jours et trois nuits a vu un combat désespéré et amer que les Allemands ont cherché à empêcher «le fossé» d'être fermé *. Le 21 août, les Canadiens ont percé de l'autre côté, et l'écart a été définitivement fermé. Le 22 août 1944, j'ai commencé mon voyage de retour vers l'Angleterre et une nouvelle vie. Un an plus tard, le 22 août 1945, mon fils Michael est né. "
Notes:
Les événements ci-dessus ont été enregistrées par Mietek en 1960 et son récit a été présenté au Pictorial dimanche pour un concours Histoires prise de guerre.
Mietek jamais retourné en Pologne en raison de l'occupation russe de sa ville natale de Lvov. Il épousa, en Octobre 1944, Ethel Gill, de Carlisle, en Angleterre. Il a vécu le reste de sa vie à Carlisle et mourut le 1er Mars 1993 âgés de 79 ans.
* Une description complète de ces batailles se trouve dans le livre de John Keegan's 'Six armées en Normandie ". Le chapitre sur l'armée polonaise se termine par ce qui suit, un post-scriptum à l'histoire de raccord Mietek's:
"Le diariste Canadiens enregistré que la scène qu'ils ont rencontrées lorsqu'ils ont soulagé les divisions polonaises a été la plus sauvage, le régiment avait jamais rencontrés. Les Polonais n'avaient pas reçu de provisions pour trois jours, ils avaient plusieurs centaines de blessés qu'ils avaient été incapables d'évacuer et ils ont tenu près de huit cents prisonniers. La route était encombrée de véhicules brûlés, la leur et de l'ennemi. Il y avait des cadavres partout, sans sépulture et démembrée. Au milieu de ces horreurs, le commandant polonais a reçu les Canadiens agitant avec émotion. Ses soldats ont raconté des histoires longtemps pour les Canadiens, qui ne comprenait pas un mot mais éclata de rire tout de même. Au cours des prochains jours, les corps de 325 soldats polonais tués dans la bataille de la poche de Falaise serait trouvé que des tombes de fortune près les positions où ils étaient tombés. Sur le sommet de la Masse, sapeurs du Génie royal canadien, en hommage à leurs compagnons d'armes, érigé un panneau de fortune. Il portait, en anglais, la simple inscription: «un champ de bataille polonais". "
Revenir en haut Aller en bas
http://maczek.blog4ever.com/blog/index-100395.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé   Aujourd'hui à 11:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignage en anglais d'un soldat du 2ème Régiment Blindé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soldat de 2ème classe, division de Panzergrenadier, 1944
» Le Mexique a t-il participé à la guerre?
» 3° régiment de Spahis Marocains
» soldat du 3ème régiment étranger d'infanterie
» Descendant d'un soldat du 1er régiment de Voltigeurs de la Garde impériale en 1810

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la Poche de Trun - Chambois :: Poche de Chambois :: La première division blindée polonaise-
Sauter vers: